objectifs

La ville informelle au 20e siècle. Politiques urbaines et administration des populations

La ville informelle d’aujourd’hui est au cœur des préoccupations des organisations internationales. Elle constitue un champ de recherche à part entière sur les villes du Sud. Toutefois, la genèse de ce type de ville a suscité peu d’études. Or, il y a des précédents, notamment européens, dans les années 1930-70, aux bidonvilles d’aujourd’hui. En outre, ces formes d’urbanisation s’inscrivent dans une histoire longue de l’extension des villes par lotissements pauvres, sous-équipés, où une clientèle populaire construit elle-même des bâtiments modestes pour se loger. Ce projet part ainsi de l’hypothèse que le développement des bidonvilles signifie moins l’apparition de nouveaux modes de production de la ville, que la relégation dans l’illégalité de modes de production déjà existants, suivant le développement de l’urbanisme, lui-même consubstantiel à l’extension des domaines d’interventions de l’État à l’époque contemporaine. Ce programme, lauréat de l’appel à projet 2016 Émergence(s) de la Ville de Paris et coordonné par Charlotte Vorms (CHS, Paris 1), propose de faire l’histoire des bidonvilles au 20e siècle sous l’angle de leur traitement par les pouvoirs publics, soit à la fois celle de leur construction juridique et réglementaire, de l’administration des populations qui y résident, ainsi que de ses divers acteurs.

Ce projet entend observer 1. comment se construisent les catégories de la ville informelle, en interaction avec l’élaboration normative, 2. explorer la manière dont les différents États administrent les populations de migrants pauvres qui habitent ces quartiers, à travers les politiques publiques qui les prennent pour cible, 3. enquêter sur les différents acteurs de cette relation entre État et individus, notamment sur ce milieu composite de travailleurs sociaux, professionnels engagés et militants, actifs dans les bidonvilles.

Les chercheurs du programme exploreront comment et pourquoi de nouveaux mots et de nouvelles formulations apparaissent au début du 20e siècle pour décrire l’extension non maîtrisée des villes. Comment ces nouvelles catégories sont définies juridiquement, réglementairement,   administrativement ? Ils examineront comment les quartiers ainsi identifiés sont décrits (cartographie, statistiques, recensements, photographies) ? Quelles procédures met-on en place pour les contrôler, empêcher leur développement, les résorber ou les régulariser ? Qui applique en pratique ces procédures et de quelle façon, avec quels effets sur les trajectoires des individus et familles ?

Enfin, l’étude portera sur tous ceux qui s’intéressent entre les années 1930 et 1970 à ces quartiers. Il s’agit d’un milieu composite, professionnellement, statutairement et politiquement fait de militants, professionnels, catholiques, communistes, indépendantistes, travailleurs sociaux, sociologues, architectes, etc. Ceux-ci sont en position de médiateurs entre les populations et les pouvoirs publics. Ils contribuent à l’émergence de mouvements sociaux d’un nouveau type, participant de la redéfinition du politique dans les années 1970 et leur action constitue aussi un épisode de l’histoire des sciences sociales.

Le recours à la comparaison et à l’examen des circulations d’idées et d’experts vise à tracer les contours d’une chronologie commune tout en explorant la façon dont la définition de cette catégorie, de ses usages et de ses effets sur les trajectoires sociales des individus et le devenir des villes, varie avec les contextes nationaux et locaux.

 

 

Today’s informal city lies at the heart of many international organizations’ concerns. Moreover, it forms a distinct field of study among research into the cities of the Global South. However, very few studies have examined the genesis of this type of urban development; and yet there are precedents – particularly in Europe between the 1930s and the 1970s – for today’s shanty towns. Furthermore, these forms of urbanization are part of a much longer history of the expansion of cities through the growth of poor, un(der)serviced settlements resulting from land subdivision, where working-class populations built modest homes for themselves. With this in mind, the starting point for this project was the hypothesis that the development of shanty towns reflects not so much the emergence of new ways of producing the city as the relegation of pre-existing modes of production to a status of illegality, by virtue of the development of formal urban planning, which itself is consubstantial with the expansion of the state’s scope of intervention in the modern era.

Accordingly, this project seeks to: (1) observe how the various categories relating to the informal city have been constructed, in dialogue with normative development; (2) explore the ways in which different states have administered the poor migrant populations living in these neighbourhoods, through public policies targeting these populations; and, lastly, (3) study the different actors involved in this relationship between state and individuals, and in particular the diverse milieu of social workers, engaged professionals and activists involved in action in shanty towns.

The project’s researchers will explore how and why new words and expressions began to appear in the early 20th century to describe the unplanned and uncontrolled expansion of cities. How were these new categories defined in legal, regulatory and administrative terms?

They will also examine how the neighbourhoods identified in this way were described (through mapping, statistics, census data, photographs, etc.). What procedures were put in place to control them, prevent their development, eliminate them or regularize them? In practice, who applied these procedures and in what way, and what were the effects of these actions on the trajectories of individuals and families?

Finally, the study will focus on all those who took an interest in these neighbourhoods from the 1930s to the 1970s. This is a highly composite group in professional, statutory and political terms, made up of activists, professionals, Catholics, communists, separatists, social workers, sociologists and architects, among others. These people acted as mediators between populations and public authorities. They contributed to the emergence of new types of social movements that formed part of the redefinition of politics in the 1970s, and their action also constitutes a specific episode in the history of the social sciences.

In comparing and examining flows of ideas and experts, we seek to delineate a shared chronology of the informal city while exploring the way in which the definition of this category, its uses, and its effects on the social trajectories of individuals on the one hand and the fate of cities on the other have varied according to national and local contexts.