le projet

La ville informelle au 20e siècle. Politiques urbaines et administration des populations

La ville informelle d’aujourd’hui est au cœur des préoccupations des organisations internationales. Elle constitue un champ de recherche à part entière sur les villes du Sud. Toutefois, la genèse de ce type de ville a suscité peu d’études. Or, il y a des précédents, notamment européens, dans les années 1930-70, aux bidonvilles d’aujourd’hui. En outre, ces formes d’urbanisation s’inscrivent dans une histoire longue de l’extension des villes par lotissements pauvres, sous-équipés, où une clientèle populaire construit elle-même des bâtiments modestes pour se loger. Ce projet part ainsi de l’hypothèse que le développement des bidonvilles signifie moins l’apparition de nouveaux modes de production de la ville, que la relégation dans l’illégalité de modes de production déjà existants, du fait même du développement de l’urbanisme, lui-même consubstantiel à l’extension des domaines d’interventions de l’État à l’époque contemporaine.

Ce projet entend ainsi 1. observer comment se construisent les catégories de la ville informelle, en interaction avec l’élaboration normative, 2. explorer la manière dont les différents États administrent les populations de migrants pauvres qui habitent ces quartiers, à travers les politiques publiques qui les prennent pour cible, enfin 3. enquêter sur les différents acteurs de cette relation entre État et individus, notamment sur ce milieu composite de travailleurs sociaux, professionnels engagés et militants, actifs dans les bidonvilles.

Les chercheurs du programme exploreront comment et pourquoi de nouveaux mots et de nouvelles formulations apparaissent au début du 20e siècle pour décrire l’extension non maîtrisée des villes. Comment ces nouvelles catégories sont définies juridiquement, réglementairement, administrativement ?

Ils examineront comment les quartiers ainsi identifiés sont décrits (cartographie, statistiques, recensements, photographies) ? Quelles procédures met-on en place pour les contrôler, empêcher leur développement, les résorber ou les régulariser ? Qui applique en pratique ces procédures et de quelle façon, avec quels effets sur les trajectoires des individus et familles ?

Enfin, l’étude portera sur tous ceux qui s’intéressent entre les années 1930 et 1970 à ces quartiers. Il s’agit d’un milieu composite, professionnellement, statutairement et politiquement fait de militants, professionnels, catholiques, communistes, indépendantistes, travailleurs sociaux, sociologues, architectes, etc. Ceux-ci sont en position de médiateurs entre les populations et les pouvoirs publics. Ils contribuent à l’émergence de mouvements sociaux d’un nouveau type, participant de la redéfinition du politique dans les années 1970 et leur action constitue aussi un épisode de l’histoire des sciences sociales.

Le recours à la comparaison et à l’examen des circulations d’idées et d’experts vise à tracer les contours d’une chronologie commune tout en explorant la façon dont la définition de cette catégorie, de ses usages et de ses effets sur les trajectoires sociales des individus et le devenir des villes, varient avec les contextes nationaux et locaux.