Francesco Bartolini, From backwardness to illegality. Urban informality in Italy during the twentieth century

Francesco Bartolini, De l’archaïsme à l’illégalité.L’informalité urbaine en Italie au 20siècle. 

Le projet de Francesco Bartolini entend reconstituer et analyser les conceptualisations et les représentations de l’informalité urbaine en Italie durant le 20esiècle. Il centre sa recherche sur la transition, dans les sources, de l’idée de « retard » ou d’« archaïsme » vers celle d’ « illégalité » qui, à partir des années 1960, a redéfini les caractères et l’image de la ville informelle. 

La période étudiée commence durant les années 1880, tandis que l’hygiénisme commença à inspirer une grande partie de la législation urbaine, et s’achève durant les années 1980, avec la ratification de la première loi d’amnistie pour les cas de violation du Code de construction. 

La méthodologie de l’enquête se caractérise par une analyse croisée de la documentation, dans ses modes d’expressions les plus divers, produite par les institutions publiques, les urbanistes, les chercheurs et les habitants mêmes de la ville informelle. Ces sources incluent des actes législatifs et administratifs, des recensements, des règlements de planification et de construction urbaines, des débats parlementaires, des enquêtes sociologiques mais aussi des témoignages et des autoreprésentations de celles et ceux qui ont vécu dans des installations illégales et précaires. Dans une perspective interprétative, l’un des objectifs principaux est de re-contextualiser le développement historique de l’informalité urbaine en Italie dans un cadre plus largement international en considérant le débat qui a émergé au sein des études urbaines durant les deux dernières décennies et qui a été surtout alimenté par les études des expériences latino-américaines, asiatiques et africaines.

Francesco Bartolini, From backwardness to illegality. Urban informality in Italy during the twentieth century

Francesco Bartolini’s project aims to reconstruct and analyze the conceptualizations and representations of urban informality in Italy during the twentieth century. At the center of the investigation there is the transition from the idea of ‘backwardness’ to that of ‘illegality’ which, from the 1960’s onwards, reshaped the characters and the image of the informal city.

The research starts in the 1880’s, when hygienism began to inspire a large part of urban legislation, and ends in the 1980’s, when the first law of amnesty for infringment of building regulations was approved.

The methodological approach is characterized by an intertwined analysis of documentation produced by public institutions, planners, scholars and dwellers of the informal city in its most diverse expressions. Sources include not only legislative and administrative acts, census, urban planning and building policies, parliamentary discussions, sociological surveys, but also testimonies and self-representations of those who lived in precarious or illegal settlements.  From an interpretative perspective, one of the main purposes is to contextualise the historical development of urban informality in Italy within the broader international scenario, taking into account the debate that has emerged in urban studies over the last two decades especially concentrating on the experiences of Latin America, Asia and Africa.