Compter les baraques. Recenser leurs habitants : pratiques, acteurs, enjeux

Accompagnant le diagnostic de ce problème urbain et la labellisation de nouvelles catégories pour le nommer (favelas, bidonvilles, quartiers de chabolaset de baraccas), l’administration publique produit de la documentation pour le décrire. Comptage, cartographie, enquêtes sociales, et relevés photographiques des baraques, des quartiers et des habitants se multiplient ainsi. L’estimation de l’ampleur du problème est une des préoccupations importantes des pouvoirs publics, ainsi qu’un argument dans les débats, qui se traduit par une prolifération de documentation chiffrée. C’est l’objet du dossier en préparation.

À quelle étape du processus d’intervention publique cette documentation chiffrée est produite et mobilisée : la mesure du problème à traiter suit-elle la définition administrative et juridique de celui-ci, pour ajuster les outils de traitement, ou est-elle à l’origine de cette élaboration juridique et administrative ?

Le dossier explore la manière dont les statistiques publiques préexistantes, notamment les recensements généraux de population, prennent ou non en compte ces habitats et leurs populations. Qu’il s’agisse de statistiques génériques ou produites ad hocpour mesurer cette réalité, comment procède-t-on pour compter des logements ou des zones qui, par définition, laissent peu de traces administratives ? 

Le dénombrement pose en premier lieu la question de la définition des catégories de ce que l’on compte. Les articles confronteront ainsi la diverses catégories, urbanistiques, administratives, juridiques et statistiques de la ville informelle. Dans la plupart des cas considérés, l’objet du comptage est tantôt un habitat, tantôt une zone, tantôt des individus. La définition des catégories, souvent floue, combine généralement des critères légaux et des critères matériels. L’examen de ces documents permet aussi d’étudier la manière dont ces catégories sont effectivement mises en œuvre et les problèmes que celles-ci posent aux acteurs de terrain.

Plutôt centré sur les comptages produits ou commandés par les pouvoirs publics, le dossier évoque ponctuellement d’autres comptages concurrents, produits par d’autres instances. Les articles étudient les administrations qui produisent de tels documents, ainsi que les organisations à qui celles-ci confient parfois cette mission. Il explore les divers objectifs de telles opérations (endiguement du phénomène, contrôle des individus, relogement, etc.), ainsi que les usages faits des documents. La documentation étudiée par les articles du dossier varie du simple comptage au recensement collectant des données nominatives. Ce faisant, le dossier devrait aussi permettre d’enrichir la discussion sur la distinction classique entre enquête et registre.

Les articles du dossier portent sur le Brésil, l’Italie, la France (métropoles et colonies), et l’Espagne.

Le dossier est en cours de soumission à la revue Histoire et mesure.