Brodwyn Fischer, Understanding Inequality in Post-Abolition Brazil

Les recherches actuelles de Brodwyn Fischer (Université de Chicago, États-Unis) servent son projet de livre : Understanding Inequality in Post-Abolition Brazil.

Ce livre explore les limites des politiques égalitaires et émancipatoires à Recife, métropole du nord-est du Brésil née de la culture esclavagiste du sucre et perçue tout à la fois comme la capitale brésilienne du sous-développement et comme l’incubateur des mouvements sociaux et culturels les plus innovants du pays. Contrairement à l’évolution idéalisée de la cité occidentale – où les anciens systèmes d’autorités patriarcales, personnalisées et verticales aurait laissé place aux forces du libéralisme, à l’engagement civique et à la solidarité horizontale – la modernisation de Recife en a fait une cité essentiellement relationnelle, où les liens personnels ont sous-tendu la vie économique et politique et où les profondes inégalités ont structuré, jusque dans la sphère de l’intime, des interdépendances vitales et parfois violentes. Tout au long du XXème siècle, les formes d’autorité fondée sur les relations sociales ont fait preuve d’une remarquable adaptabilité, innervant les institutions libérales aussi bien que les mouvements sociaux radicaux, structurant ainsi la « société politique » au point d’expliquer en grande part tout à la fois les mobilités sociales et la résilience des inégalités. Grâce à une microhistoire de ce phénomène à Recife, Brodwyn Fischer espère questionner les origines historiques de l’informalité urbaine et permettre d’établir un paradigme de la modernité urbaine qui façonne la vie citadine dans le monde. 

Brodwyn Fischer’s current book, Understanding Inequality in Post-Abolition Brazil, explores the limits of egalitarian and emancipatory politics in Recife, Brazil, a northeastern city born of sugar and slavery, which came to be seen as both the capital of Brazilian underdevelopment and the incubator of some of the country’s most innovative social and cultural movements. Unlike the idealized North Atlantic city—in which old systems of patriarchal, personal, and vertical power gradually give way to the forces of liberalism, citizenship, and horizontal solidarity—Recife modernized as an essentially relational city, in which personal connections mediated economic and political life and deep inequality structured vital (and often violent) intimate interdependencies. In the twentieth century, relational power proved remarkably adaptable, inhabiting liberal institutions and radical social movements, structuring « political society, » and doing much to explain both social mobility and inequality’s enduring resilience. In exposing the microhistory of this phenomenon in Recife, I hope to interrogate the historical origins of urban informality and bring into a focus a paradigm of urban modernity that shapes city life across the globe.